La chasse oubliée des loups-garous en Suisse

La chasse oubliée des loups-garous en Suisse

Représentation d’un homme, qui, transformé en loup, aurait tué 16 enfants à Genève.

(Zentralbibliothek Zürich)

Si la lumière a été faite sur la chasse aux sorcières qui se pratiquait jadis dans nos contrées, celle aux loups-garous a été oubliée. Jusqu’au 18e siècle, des femmes et des hommes étaient accusés de se transformer en loups la nuit venue. Leurs procès, une spécialité des régions alpines, sont toutefois peu connus. 

Au Moyen Âge, la Suisse romande est devenue l’une des premières régions à faire la chasse aux sorcières. Elle avait accumulé quelques connaissances dans le cadre des procès contre les hérétiques, qui étaient également utilisées contre d’autres êtres ayant pactisé avec le diable.

A partir de 1430, des femmes comme des hommes furent traînés devant la justice en Valais, à Fribourg, dans l’Arc lémanique ou encore à Bâle. Ils étaient accusés d’avoir fait appel à des forces diaboliques pour nuire à la communauté chrétienne. Une figure qui allait semer le trouble parmi les théologiens et les démonologues s’était faufilée dans les protocoles établis à l’époque par les inquisiteurs: le loup-garou.

Un loup-garou comme monture

Soudain, ce démon a commencé à faire son apparition dans de nombreux procès de sorcellerie, en tant que monture pour les sorcières. Ainsi, en 1433, une femme fut exécutée à Bâle, dénoncée par son voisin: elle aurait passé devant lui rapidement en chevauchant l’animal, alors qu’il était caché dans les buissons.

L’image qu’on se faisait jadis d’une sorcière était différente de celle d’aujourd’hui: elle ne voyageait pas encore sur un balai, cet attribut de la femme de ménage, mais sur des tabourets à traire ou à dos de divers animaux sauvages. L’équitation sur les loups était cependant une spécialité alpine, comme en témoignent les sources compilées par le journaliste et spécialiste du loup-garou Elmar Lorey, décédé cette année.

La chasse oubliée des loups-garous en Suisse

Pendant le Carnaval, les villages du Lötschental sont envahis par les «Tschäggätta», des personnages effrayants couverts de fourrure et portant des masques grimaçants.

(Dominic Steinmann / Keystone)

La superstition gagne du terrain

La chasse oubliée des loups-garous en Suisse

Peter Stubbe a été accusé d’avoir tué 13 personnes en tant que loup-garou. Il fut torturé, condamné et exécuté près de Cologne en 1589.

(Akg-images / British Library)

L’inclusion de la transformation en loup-garou dans le catalogue de questions de l’inquisition en a fait l’un des nombreux actes honteux de sorcellerie. Il a toutefois été un peu oublié parmi d’autres accusations du même type, comme celle d’être un sorcier capable de manipuler le temps. Dans ce cas, ce ne sont pas seulement quelques moutons mais des régions entières qui ont été considérées comme des victimes.

Christina Jungtso, une servante de Sion, a été l’un des derniers loups-garous exécutés. Cependant, la folie des sorcières en Suisse ne pris fin que cent ans plus tard.

(Adaptation de l’allemand: Katy Romy)