Une femelle orang-outan aurait incité un mâle à tuer une rivale

Une femelle orang-outan de Bornéo aurait incité un mâle à tuer une rivale. Cette observation jette une lumière nouvelle sur la vie sociale de ces grands singes, selon des chercheurs de l’Université de Zurich.

Dans un bref article publié par la revue «Behavioral ecology and sociobiology», les scientifiques expliquent avoir constaté que cette femelle avait sympathisé avec le mâle en vue de faire disparaître sa rivale. En plein accouplement, elle a interrompu soudainement le coït et s’est dirigée vers une femelle plus âgée, que le couple a ensuite attaquée.

Une lutte féroce d’une demi-heure a suivi, au cours duquel le mâle a porté avec ses canines les blessures les plus graves. La rivale est morte deux semaines plus tard des suites de ce combat. «Jusqu’à présent, nous ne savions pas que les orangs-outans pouvaient former de telles alliances», explique mardi dans un communiqué de l’Université de Zurich Anna Marzec, auteure de l’étude.

Normalement, les luttes entre orangs-outans ne se terminent pas par la mort. Mais dans ce cas, la vulnérabilité de la femelle âgée et l’agressivité de la plus jeune ont mené à cette issue fatale. Le fait que cette dernière venait de perdre sa progéniture peut aussi avoir joué un rôle.

L’équipe de Carel van Schaik, de l’Institut d’anthropologie de Zurich, étudie les orang-outans dans les forêts marécageuses de Bornéo depuis 2003. Au total, elle a été témoin de six combats entre femelles, mais aucune n’a été blessée dans une confrontation.