Nouvelle espèce d’ammonite découverte dans le Jura

Une nouvelle espèce d’ammonite, un céphalopode fossile aujourd’hui disparu, a été découverte dans le Jura. Elle a été baptisée Progeronia bruntrutense, en référence à la ville de Porrentruy.

Les travaux autoroutiers de la Transjurane et les fouilles réalisées par la Paléontologie A16 sur le terrain ont permis de documenter les couches jurassiques en Ajoie, a indiqué mardi le canton dans un communiqué. Lors de ces opérations, plus de 600 ammonites ont été récoltées.

Elles ont toutes été identifiées et les résultats ont été publiés en décembre dans la Revue de paléobiologie de Genève. La nouvelle espèce ajoulote, Progeronia bruntrutense, est décrite dans cet article.

Toutes ces données permettent aujourd’hui de proposer un découpage stratigraphique détaillé et de préciser l’évolution des environnements il y a un peu plus de 150 millions d’années, précise le communiqué.

Plate-forme marine

Le Jura s’apparentait alors à une vaste plate-forme marine peu profonde peuplée de crocodiles, tortues, ammonites, bivalves, gastéropodes, coraux ou encore d’oursins. Le niveau marin variait périodiquement laissant apparaître des landes de terre émergées plus ou moins étendues, comme en témoignent les milliers d’empreintes fossiles laissées par les dinosaures.

L’absence de roches cristallines ou volcaniques dans la région ne permet pas une datation absolue de toutes ces découvertes. Cette méthode se base essentiellement sur la radioactivité naturelle de certains minéraux totalement absents des calcaires et des marnes du Jura.

Mollusques marqueurs temporels

Pour connaître l’âge des traces de dinosaures, des tortues fossiles et autres restes d’organismes mis au jour, les paléontologues ont recours à une méthode indirecte: ils recherchent des fossiles marqueurs de temps tels que les ammonites.

Ces céphalopodes marins, nageurs et carnivores sont apparus il y a environ 380 millions d’années et se sont éteints, comme les dinosaures, durant la crise Crétacé — Tertiaire il y a 65,5 millions d’années. Cette classe de mollusques est encore représentée actuellement par les nautiles, les pieuvres ou les calmars.

Ces découvertes ont permis de préciser la datation du Jurassique supérieur et de corréler les successions d’Ajoie avec les niveaux équivalents de France voisine (région de Montbéliard).

L’article scientifique décrit avec précision les différents types de strates sédimentaires que l’on trouve dans la région. Ce matériel inédit a été complété par les collections historiques du JURASSICA Museum (Porrentruy) et de la Fondation paléontologique jurassienne (FPJ, Glovelier).