La Suisse durement frappée par le réchauffement climatique

Depuis 1864, la Suisse s’est réchauffée d’environ 1,9 °C. Découvrez où les températures ont augmenté le plus et à quel rythme.

Il y a déjà eu deux vagues de chaleur à l’été 2019. Les périodes de canicule sont de plus en plus fréquentes. Depuis les années 80, le réchauffement climatique s’accentue dans le monde entier. 

Et la Suisse est particulièrement touchée: chaque année est plus chaude que la moyenne des températures enregistrées entre 1961 et 1990. Le soleil brille également davantage: 20% de plus que dans les années 80.

Des étés plus chauds et des hivers plus doux

Température mensuelle moyenne en Suisse, 1864-2017

La Suisse durement frappée par le réchauffement climatique

(Grafik: ak.)

Les données ont été divisées en intervalles égaux. Source : MétéoSuisseLien externe.

Depuis 1970, les Suisses n’ont plus connu de mois de décembre où la température moyenne descendait en dessous de -5 °C. Au mois de juin, 7 des 10 températures moyennes les plus élevées depuis le début des mesures ont été enregistrées après 2002. Juin 2019, avec sa moyenne de 15,3 °C, a été le second mois de juin le plus chaud de l’histoire.

Graphique 1 climat

Graphique

D’après l’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisseLien externe, les températures de ces 150 dernières années ont plus fortement augmenté dans le nord de la Suisse que dans le sud des Alpes, et elles ont augmenté deux fois plus vite en Suisse que dans le reste de monde. Notre pays est donc touché plus fortement que les autres par le réchauffement climatique. 

Thomas Schlegel, climatologue à MétéoSuisse, explique cette particularité par le climat continental de la Suisse: aucune mer à proximité ne freine l’accumulation de chaleur. De plus, la Suisse se situe aux latitudes moyennes, alors que les zones plus proches des pôles se réchauffent plus rapidement que celles à proximité de l’équateur.

Graphique 2

Graphique

Huit jours de chaleur à Lucerne

Comment le réchauffement climatique se manifeste-t-il sur le terrain? Prenons par exemple Lucerne: la chaleur estivaleLien externe de 30 degrés durait en moyenne 3,4 jours entre 1960 et 1985, alors qu’elle durait 8 jours entre 1985 et 2018. 

«La hausse du nombre de jours de chaleur montre clairement les effets du réchauffement climatique», précise Thomas Schlegel. Il y avait bien sûr déjà des périodes de chaleur avant les années 80 et certains mois sont parfois plus frais que les moyennes précédentes, mais la tendance globale au réchauffement sur le long terme est évidente pour le climatologue de MétéoSuisse.

Graphique 3

Graphique

Il fait moins froid à Davos

Au même rythme que les étés deviennent plus chauds, les hivers se font plus doux. Le nombre de jours avec des températures en dessous de 0°CLien externe diminue. Cette tendance est particulièrement visible à Davos, station de ski située à 1560 mètres d’altitude dans le canton des Grisons. Le nombre de jours de gel y a baissé de près de 20% ces 40 dernières années.

Graphique 4

Graphique

L’influence majeure des gaz à effet de serre

Les climatologues du monde entier tentent maintenant de prédire comment le réchauffement climatique va se développer ces prochaines années. Son ampleur au niveau planétaire devrait dépendre avant tout de la quantité d’émissions de gazLien externe à effet de serre dans les décennies à venir. 

Pour la Suisse, le réchauffement climatique devrait se traduire par des étés secs, de violentes précipitations, des hivers avec moins de neige et davantage de jours de chaleur. Les températures moyennes devraient continuer d’augmenter d’ici le milieu de ce siècle: entre 0,7 et 3,3 degrés par rapport à la période 1981-2010, d’après les scénariosLien externe de MétéoSuisse et de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Graphique 5

Graphique

Traduction de l’allemand: Marie Vuilleumier