La newsletter Gotham City fête ses deux ans et son 100e numéro

La newsletter Gotham City fête ses deux ans et son 100e numéro

Les trois journalistes Coline Emmel, François Pilet et Marie Maurisse fêtent les deux ans de la newsletter Gotham City consacrée au crime économique.

Gotham City

(sda-ats)

Consacrée exclusivement au crime économique, la newsletter Gotham City fête ses deux ans, son 100e numéro et son millier de lecteurs hebdomadaires. Basée à Lausanne, elle est devenue bénéficiaire «sans lever un centime», se félicite-t-elle.

Rédigée par une équipe de trois journalistes, François Pilet, Marie Maurisse, Coline Emmel et avec l’aide de quatre pigistes, la lettre d’informations est disponible sur abonnement, pour 100 francs et quatre parutions par mois. «Elle est la seule publication francophone journalistique entièrement consacrée au crime économique».

Abonnés prestigieux

Gotham City est basée sur des documents judiciaires publics notamment américains, mais inexploités. Destinée aux mondes judiciaire, bancaire et à celui de la régulation ou, entre autres, aux médias et ONG, elle s’occupe principalement de fraude, blanchiment ou corruption en lien avec des entités financières suisses. Le Ministère public de la Confédération ou la Finma, l’autorité de surveillance du marché financier suisse, figurent par exemple parmi les intéressés.

«Les pressions sont fortes, certains ne sont pas contents quand nous sortons nos articles, mais nous n’avons jamais eu de problèmes ou de plaintes devant la justice», explique vendredi Marie Maurisse. «Dans 90% des cas, les documents nous protègent. Mais il faut se battre pour les trouver et les exploiter», ajoute-t-elle.

Nouveaux développements

La start-up s’est développée avec une édition Gotham France et Gotham Digest en anglais. Elle veut devenir «une plateforme d’information sur le crime en col blanc». «Nous avons acquis une véritable expertise, qui s’est traduite le mois dernier par un atelier de formation d’une quinzaine de participants», relève Marie Maurisse.

Pour ses fondateurs, le modèle de la lettre d’informations est parvenu à s’implanter en Suisse. Sans lever un centime, Gotham City a réussi à devenir bénéficiaire en moins de deux ans, uniquement grâce à ses abonnements qui garantissent son indépendance. «Notre banque, ce sont nos abonnés», note la journaliste.