Greta Thunberg répond à ses détracteurs

Greta Thunberg est actuellement à Lausanne, à l’occasion du sommet «Friday for future». Très sollicitée par les médias, la jeune militante écologiste suédoise en a profité pour répondre à ses détracteurs. Elle insiste sur le fait qu’elle n’est pas manipulée.

Greta Thunberg répond à ses détracteurs

A Lausanne, le courant (vert) a visiblement passé entre le militante écologiste Greta Thunberg et le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet.

(Jean-Christophe Bott/Keystone)

La jeune militante – elle a 16 ans – est pour le moins active. Elle est présente durant cinq jours à l’université de Lausanne, où plus de 450 jeunes issus de 38 pays sont réunis pour faire le point sur le mouvement des grèves du climat et pour discuter d’une stratégie future. Figure emblématique de ce mouvement – elle ne va plus à l’école le vendredi pour dénoncer l’inaction des politiques face aux changements climatiques – Greta Thunberg a une fois de plus servi de modèle à ces jeunes.

Il y a peu, la militante s’exprimait devant l’Assemblée nationale française. Et très prochainement, elle se rendra aux Etats-Unis (en voilier) pour y prêcher la bonne parole écologiste devant les Nations-Unies. On évoque même son nom comme possible Prix Nobel de la paix.

Cet activisme commence à susciter des critiques. On reproche notamment à Greta Thunberg d’être manipulée par ses parents, de ne pas savoir de quoi elle parle et de proposer des solutions simplistes. Parfois même, les attaques sont plus mesquines et s’en prennent à son autisme et à son physique.

A Lausanne, Greta Thunberg a répondu à ses détracteurs dans une interview accordée à la télévision publique (RTS). Elle s’y défend d’être manipulée et explique son engagement.

Greta Thunberg a reçu un soutien de poids en la personne de Jacques Dubochet. Egalement présent à Lausanne, ce Suisse lauréat du Prix Nobel de chimie 2017 lui a témoigné son soutien et son admiration sur les ondes de la radio publique (RTS).