Élever des alpagas en toute liberté

Élever des alpagas en toute liberté

Sandra Zahn a une quinzaine d’alpagas, des races Suri et Huacaya.

(swissinfo.ch)

L’Argovienne Sandra Zahn s’est installée en France il y a 7 ans pour pouvoir réaliser son rêve: élever un troupeau d’alpagas et filer leur laine.

Ils dressent leurs oreilles et s’avancent lentement vers nous en retroussant leurs babines. «Ils sont curieux, mais timides», prévient Sandra Zahn en ouvrant l’enclos de ses alpagas. Après quelques minutes, les animaux se rapprochent et se laissent même caresser. Ils ont à leur disposition de vastes pâturages dans la région française de Bordeaux, au lieu-dit la BardineLien externe. 

Sandra Zahn tond ses alpagas une fois par année pour récupérer leur laine. Au début, elle filait au rouet, mais cette technique s’est avérée longue et peu rentable. Elle a alors décidé d’acquérir plusieurs machines pour laver, sécher et filer la matière première. De nombreux éleveurs de toute l’Europe lui confient désormais leur laine. La plupart profitent de leurs vacances pour faire un tour en caravane dans la région de Bordeaux et déposer leur colis à la Filature de la BardineLien externe. «Mon travail reste artisanal, car je dois trouver le bon réglage pour la laine de chaque animal», précise Sandra Zahn. Elle exerce maintenant cette activité à plein temps et en tire son revenu principal. 

«La Suisse ne me manque pas»

Élever des alpagas en toute liberté

(swissinfo.ch)

L’Argovienne retourne environ deux fois par année en Suisse pour rendre visite à sa famille. Elle ne participe pas aux votations, mais s’intéresse aux problèmes qui la touchent directement, par exemple les accords bilatéraux ou la réforme des retraites. «En voyageant, on ouvre un peu sa vue générale, explique-t-elle. Maintenant, je trouve que les problèmes de la Suisse sont vraiment petits par rapport à ceux de la France.» Sandra Zahn cite notamment la lourdeur de la bureaucratie dans l’Hexagone: «Nous ne pouvons pas engager de salariés, car il est très compliqué de mettre fin à un contrat de travail. Les syndicats bloquent tout.»

Sandra Zahn conserve également un lien culinaire avec son pays d’origine: elle cuisine volontiers des plats typiquement suisses, comme la raclette ou la fondue. Elle confectionne également son propre pain de seigle. «La Suisse ne me manque pas, je suis très bien ici, affirme l’Argovienne sans hésitation. Le plus important pour moi est d’avoir des animaux heureux.»

Un regard suisse sur les élections fédérales dans six pays !

Avant les élections fédérales du 20 octobre 2019, swissinfo.ch est parti à la rencontre des Suisses de l’étranger dans six pays différents.

Nous souhaitions découvrir les revendications, les besoins spécifiques et le regard sur la politique de la Cinquième Suisse. Des journalistes se sont ainsi rendus dans des sociétés et clubs helvétiques en France, en Italie, en Allemagne, au Brésil, en Argentine et aux Etats-Unis.

Tables rondes, portraits et interviews sont à découvrir sur swissinfo.ch ainsi que sur Instagram, Facebook et Twitter avec les hashtags #SWIontour et #WeAreSwissAbroad.

Fin de l’infobox